manuels obsolètes
Bureau Vert,  Déchets et Pollutions

Valorisons nos manuels inutilisés !

[BureauVert] est une initiative lancée par le réseau Profs en transition dont l’objectif est de réduire l’impact écologique de nos espaces et usages bureautiques, dans l’univers scolaire évidemment, mais aussi bien au-delà ! #BureauVert

Temps de lecture: 7 minutes

À chaque fin d’année scolaire ou à chaque rentrée, une sempiternelle question revient comme une musique entêtante à l’oreille du prof en transition soucieux de son empreinte écologique : “Que faire des nombreux spécimens et autres manuels devenus “obsolètes” ou inutilisables en classe ?” (la notion d’obsolescence est d’ailleurs discutable dans la mesure où les nouvelles éditions répondent parfois uniquement à des ajustements mineurs des programmes officiels).

Ainsi, tous les ans, des milliers de spécimens pédagogiques gratuits, multipliés par les différents niveaux et matières associés aux programmes scolaires sont envoyés dans les établissements d’enseignement en France, par les nombreuses maisons d’édition. Cela répond certes à un besoin légitime des enseignants de s’informer et préparer convenablement leurs cours. Les manuels acquis par la suite par ailleurs sont quant à eux souvent indispensables pour assurer les cours en classe. Mais parmi les spécimens envoyés, combien sont imprimés et distribués inutilement (non sollicités, envoyés en double, etc.) ? Et parmi les manuels mis au rebut, combien pourraient servir encore – les programmes peuvent changer sans rien enlever à la pertinence et à la qualité des exercices proposés – et combien de tonnes de papier produites partent en déchèterie, dont le recyclage permet certes la remise en circuit mais au détriment de la consommation de nouvelles ressources (énergie, eau, etc.), quand elles ne sont tout simplement pas recyclées (mal collectés ou mal triés, certains manuels jetés n’arrivent jamais à destination) ?  

Sans parler des manuels sur lesquels on ne peut aucunement faire l’impasse, on pourrait s’amuser à calculer le poids annuel estimé des spécimens seuls (dont l’utilité et la prolifération sont plus discutables). En multipliant : le nombre moyen d’exemplaires reçus par établissement x le poids moyen d’un seul exemplaire x le nombre moyen d’établissements potentiellement concernés, les chiffres pourraient rapidement donner le tournis.

Des solutions existent pour limiter le gaspillage, notamment en adoptant l’approche des 5R dans sa démarche zéro déchet papier. Cette approche en effet est des plus adaptées lorsqu’il s’agit d’appréhender le cycle de vie des objets et réduire les déchets générés par leur consommation le plus en amont possible. Mise en pratique pour la ressource papier, elle se traduit par :

5R = D’abord Refuser [les spécimens inutiles]. A défaut de Refuser, Réduire [le nombre de spécimens et de manuels en circulation]. Réutiliser tant que possible [les manuels et spécimens disponibles au lieu de les jeter] et en dernier lieu, Recycler [dans la mesure du possible, par soi-même, en triant et/ou en interpellant les acteurs concernés sur la gestion de fin de vie des exemplaires commercialisés]. Le dernier R de Rendre à la terre n’est pas possible dans la mesure où cela supposerait que le papier et l’encre employés soient parfaitement biodégradables, ce qui n’est pas le cas (mais cela n’interdit pas de solliciter les maisons d’édition à ce propos, interpeller leur responsabilité sociétale encore une fois, et questionner leur engagement en faveur de l’environnement).

– Gaspillage papier, comment le limiter ? –

Gaspillage papier

Comment appliquer une gestion écoresponsable des manuels scolaires notamment vieillissants ?

 

Ci-dessous une liste assez complète d’actions possibles, compilées suite à des échanges entre les membres du groupe FB Profs en transition. On y est ! C’est le moment de se poser les bonnes questions et de mettre certaines pratiques vertueuses en route.

Refuser et Réduire 

 

Pour les spécimens en particulier – reçus bien souvent sans en avoir rien demandé – qui encombrent nos placards inutilement, une réflexion en amont permet de s’interroger sur leur utilité réelle, d’en réduire le nombre et fréquence d’envoi voire de revoir leur réelle pertinence et s’il y a lieu, soit de s’en passer complètement soit d’avoir recours à des solutions alternatives (comme on le verra plus loin).

 

Désinscription des listes d’abonnement  

En contactant directement les maisons d’édition ou via les plateformes mutualisées (par exemple celle du GIDEC GECRI qui regroupe la plupart des maisons d’édition en France et qui permet à ces dernières de se mettre en relation avec les enseignants inscrits à la plateforme, on peut se désinscrire par la même occasion en accédant à cette page. 

Certains Profs en transition n’hésitent pas, par exemple, à photographier et peser les spécimens reçus pour accompagner leurs demandes de désabonnements. C’est une façon d’interpeller des acteurs qui ont un poids environnemental conséquent pour qu’ils prennent la mesure du problème et leurs responsabilités par la même occasion. Des actions collectives à grande échelle peuvent même être envisagées.

Gestion collective et concertée 

Sur le groupe FB Profs en transition, certains établissements ayant une vraie démarche collective ont mutualisé ou tentent de mutualiser l’acquisition, la rotation et la gestion des manuels scolaires, à une échelle locale, à une circonscription entre les écoles volontaires. Cela permet de réduire le volume de manuels envoyés parfois individuellement à chaque enseignant. Cette pratique nécessite un peu de logistique, mais elle permet de limiter le stock de manuels qui s’entassent tout en enrichissant le catalogue de références disponibles aux enseignants intéressés, de manière réfléchie et pertinente.

Recours aux versions numériques

Depuis cette année, la plupart des maisons d’éditions proposent de feuilleter la version électronique des manuels édités. Bien que le numérique possède bien sûr sa propre empreinte écologique, celui-ci présente toutefois dans ce cas précis un avantage certain, en permettant de rationaliser la ressource papier par l’accès à un contenu représentatif avant de commander les manuels réellement souhaités, évitant ainsi la production et transport de manuels inutilement. Lien pour la consultation numérique des manuels par ici.

Réutiliser 

Que ce soit pour les enseignants en demande de spécimens/manuels ou ceux qui en seraient possesseurs et qui chercheraient à leur donner une seconde vie, certains réflexes pourraient être systématisés. Différentes possibilités existent pour la remise dans le circuit des exemplaires lorsque ceux-ci sont encore en bon état. 

Le don direct

  • Don direct aux associations :
    • D’aide aux personnes en situation de migration, dans les foyers de réinsertion ou aux familles défavorisées pour l’accompagnement à la scolarité des enfants, à l’alphabétisation des adultes francophones, ou encore à l’enseignement du français aux adultes allophones.
    • Qui en font don à leur tour à d’autres établissements dans le monde, notamment en appui des programmes de soutien scolaire dans les pays qui en ont besoin. Dans ce cas toutefois, les pénuries existent et les besoins sont réels mais ils diffèrent en fonction des pays. Il conviendra de porter une attention particulière à la santé effective de l’édition scolaire dans la région concernée ainsi – au cas par cas – qu’au contenu des manuels envoyés, en privilégiant dans les pays africains où le contexte est particulier, des ouvrages de référence tels que dictionnaires et Atlas ou certains ouvrages scientifiques.
  • Don direct – de préférence – aux élèves en difficulté ou en situation de précarité.
  • Don direct aux autres établissements du quartier ou de la commune, en se mettant en relation avec les enseignants ou directeurs de ces établissements, publics mais aussi privés ou spécialisés, ou encore de petite taille et qui n’ont souvent pas la possibilité de recevoir des spécimens gratuits.
  • Don direct aux parents demandeurs ou en passant par les associations de parents d’élèves.

Le dépôt, boîtes à donner ou annonces 

  • Les mettre à disposition au sein de son établissement en accès libre, en classe ou à la bibliothèque.
  • Les mettre à disposition du fond documentaire de son établissement d’appartenance : aux stagiaires qui préparent leurs concours, aux enseignants remplaçants ou débutants et aux enseignants contractuels.
  • Les proposer directement ou en mettant en annonce au sein de son établissement les manuels disponibles, à destination par exemple des étudiants ou élèves plus âgés qui assurent des heures de soutien scolaire et d’aide aux devoirs auprès d’autres élèves plus jeunes.
  • Les proposer aux rectorats et circonscriptions pour la création de boîtes à manuels qui pourraient être accessibles dans leurs locaux.
  • Les proposer aux réseaux de création d’accompagnement pédagogique, type Canopé.
  • Les proposer autour de soi, à des proches ou connaissances ou auprès de cabinets de professionnels non enseignants mais pouvant exercer dans des métiers en lien avec l’éducation et la pédagogie, orthophonistes ou ergothérapeutes par exemple.
  • Les proposer aux réseaux de parents qui pratiquent l’IEF (instruction en famille).
  • Les proposer aux centres de loisirs et autres services de garde.
  • Les déposer dans des boîtes à livres de son quartier (il suffit de taper “arbre à livre” ou “boite à livre” + le nom de votre ville dans un moteur de recherche) ou via des annonces sur les sites de dons type donnons.org par exemple.

Le groupe Profs en transition propose à ses membres d’échanger, troquer ou donner du matériel pédagogique (lien vers Le Bon Coin des Profs en transition. Attention, il faut être membre du groupe pour y accéder). Par ailleurs, on peut également utiliser le tout nouveau site fraîchement créé par une enseignante bien inspirée :

Ô bonheur des profs.

 

Recycler 

Si les pistes citées plus haut ont été épuisées, si on souhaite les garder ou si les spécimens et les manuels sont trop anciens et ne peuvent plus servir à leur vocation d’origine, on peut envisager de les recycler sous différentes formes :

Recyclage utile 

Découpées, les images peuvent servir comme ressources pour le travail quotidien en classe (personnages, images d’illustrations pour le vocabulaire) ou bien à des projets pédagogiques pour des thématiques données (collage et autres travaux artistiques). 

Recyclage déco

Utiliser les pages et couvertures pour différents usages :

  • Emballages ou sacs cadeaux pour les différentes fêtes et kermesses : des exemples ici.
  • Paniers de collectes ou petites poubelles à mettre sur les pupitres (pour les déchets de petites tailles : stylos usagés, restes de gommes et de taille-crayons, …) : des exemples ici encore.
  • Couronnes de fête : d’autres exemples par ici.

Se poser les bonnes questions est souvent le meilleur gage pour trouver les bonnes réponses. Ainsi en va-t-il du débat concernant la numérisation des manuels scolaires, censée répondre entre autres aux enjeux écologiques de la maîtrise de la ressource papier. Mais si la question doit en effet être posée quant au rôle et à l’intérêt du numérique comparativement au papier, et en restant uniquement sur le plan écologique, il ne sert à rien de s’engager dans des grandes révolutions technologiques vantant des mérites – souvent illusoires – en termes d’économies de ressources avant d’avoir posé le problème sous le bon angle ; car, comme on le sait, un axe important de maîtrise des ressources reste plus simplement, sûrement et modestement celui qui agit en amont sur la surconsommation et qui réduit le gaspillage.

 

Autour de l’initiative [BureauVert], prenez également le temps de lire cet article sur la pollution numérique et réaliser ainsi un état des lieux du numérique dans nos vies, nos classes, et réfléchir à la place à donner au numérique pour agir de façon éthique et responsable.

Retrouvez également les articles de l’initiative [Cartable vert] pour à la fois construire avec nos élèves une démarche pédagogique écoresponsable mais aussi proposer des fournitures scolaires écologiques et durables.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *